27 février 2010

Carnaval indépendant, folklore et caricatures: Et les droits du peuple Niçois dans tout ça?

drapeau_ni_ois_flotteNous entendons ici et là des soi-disant grands défenseurs de la culture Niçoise, souvent chaperonnés par des universitaires français qui ont confisqué la culture Niçoise afin de mieux la transformer en folklore à deux sous, (tout comme le font les associations para-municipales composées d'amuseurs publics pro-Occitanie, c'est-à-dire provençaux) nous reprocher de ne pas exposer nos revendications dans la langue Niçoise !
Parbleu, ils préféreraient que que nos révélations sur l'histoire de Nice soient inaudibles pour le plus grand nombre... D'ailleurs des piliers du jacobinisme parisien comme l'Académia nissarda, qui n'a plus de Niçois que le nom, et le Sourgentin, dans les mains d'universitaires, héritiers des "hussards noirs de la République", publient leurs revues "Niçoises'" en français et un responsable de cette dernière revue s'en était naguère expliqué, après une remarque d'un lecteur inconditionnel du Niçois, dans une courte bafouille, il lui avait répondu en Niçois:
"Essayez donc de publier une revue en niçois, vous verrez combien vous en vendrez...". Ce qui est vrai pour eux est vrai pour nous : il est impossible d'informer les Niçois dans une langue qu'ils ne comprennent plus, sans compter que le Nissart écrit, n'est souvent très peu compréhensible pour ceux qui le parlent.

Bien évidemment nous souhaitons plus que personne que tous les Niçois parlent leur langue. Mais cela ne peut résulter que d'un choix politique de la municipalité : On l'a supprimé par l'école, on ne peut le réhabiliter que de la même manière, par l'enseignement dans les écoles primaires. Qui peut le faire? Pas nous, mais le pouvoir politique qui dispose des fonds, et des structures. Notre choix délibéré de choisir la langue française pour informer les Niçois sur leurs droits, qu'ils soient de souche comme d'adoption, a été fait car malheureusement aujourd'hui tous ne parlent pas le Niçois couramment et en particulier les Niçois de souche.

Pour les habitants de Nice, cela commença par le bannissement de la langue Niçoise immédiatement après l'annexion de 1860, en même temps que la falsification de l'histoire du pays de Nice qui s'accentua encore après l'invalidation de la liste séparatiste menée par Garibaldi en 1871, laquelle avait obtenu plus de 90 % des suffrages.
SAVONLes vrais Niçois savent trop bien pourquoi leurs anciens ne leur ont pas transmis la langue de leurs ancêtres. A trop avoir mangé du savon de Marseille ou pris des coups de règle sur les doigts par les enseignants de l'école publique française (aussi appelés hussards de la république, il faut le répéter), ils choisirent peut-être à tort, de ne plus enseigner leur langue à leurs enfants afin de les préserver des sévices qu'ils subirent durant leur jeunesse et de ne pas les marginaliser. Ce fut moins le cas pour nos compatriotes vivant dans les terres, car protégés par la ruralité ils purent sauvegarder et transmettre leur langue et leur culture au fil des générations.

Les pseudo-défenseurs de la culture Niçoise s'obstinent dans le refus de débattre sur le sujet des droits des Niçois à disposer d'eux-mêmes ainsi que sur la forfaiture démontrée qu'est l'annexion du pays de Nice. Ils préfèrent nous qualifier "d'illuminés" voir "d'extrémistes"... On nous a même rapporté le qualificatif "d'hystériques séparatistes"!


2506_83310843480_83017948480_1699788_4680404_nJousé Garibaldi doit se retourner dans sa tombe tout comme Jeanne Verani, Catarina Ribauda, Henri Sappia, Menica Rondelly, Benoit Bunico, Benjamin Camous, Charles Laurenti-Roubaudi, Gonzague Arson et beaucoup d'autres!
Certes, certains membres d'associations culturelles se hasardent à dénoncer l'annexion scélérate sans toutefois se risquer à citer les sources qui étayent leur argumentation et se contentent d'affirmer qu'aujourd'hui le plébiscite truqué de 1860 est "un secret de Polichinelle". Ils déclarent du bout des lèvres qu'ils ne participeront pas aux festivités des "150 ans", mais n'affirment pas avoir l'intention réelle de manifester leur désapprobation d'une manière ferme, se soumettant de façon évidente aux falsificateurs en admettant finalement: " Nous sommes Français...soit" !
A quelques semaines des festivités organisées par la force annexante, le silence des associations culturelles Niçoises devient véritablement assourdissant !


annessioun Contrairement à ce que voudrait faire croire Cristou Daurore de son vrai nom Christophe Duchêne et représentant de l'Occitanie à Nice (ceux qui écrivent Niça et dont les prédécesseurs ont toujours nui à Nice, ceux qui ont installé la guillotine à Nice en 1793); l'identité Niçoise ne se résume pas à un bras de fer avec les décideurs concernant le Carnaval indépendant de Nice. Les têtes de carnaval représentant Garibaldi et Lalin sont certes très sympathiques à première vue, mais servent finalement à incorporer le combat de ces défenseurs de la liberté du Peuple Niçois dans un folklore lénifiant approuvé bien évidemment par la France jacobine, car il dénature le combat de ces héros et la gravité des faits, en les plaçant dans un contexte de rire et d'amusement : Lalin a été assassiné, on a cloué sa dépouille sur la porte de sa mère, avant de la transporter à Nice et de la traîner à la voirie pour terroriser la population, comme les Allemands plus tard ont pendu Torrin et Grassi pour les mêmes raisons. Lalin mérite mieux qu'une tête de carnaval. Il mérite le respect et admiration. Promener deux jours un Garibaldi et un Lalin en carton pâte, et après quoi ? Rien... Leur rendre véritablement hommage c'est suivre leur glorieux exemple, c'est poursuivre leur combat pour la liberté de Nice et non les caricaturer. Les associations para-municipales ne font que transformer l'or de l'histoire Niçoise en plomb, et dénaturent les actions héroïques de nos ancêtres.
La réprobation de cette stratégie par un nombre grandissant de membres de ces associations ne laisse d'ailleurs aucun doute sur l'exaspération grandissante de ceux qui défendent sincèrement l'identité Niçoise. Au cours de cette année capitale dans la longue histoire du Peuple Niçois, les masques vont définitivement tomber!


03 février 2010

Monaco-Nissa: Communiqué officiel de la BSN

2Nous ne sommes pas adeptes du double langage. Il nous faut donc rétablir la vérité sur les faits qui se sont déroulés après le match à Monaco.
Nous condamnons fermement les actes de jeunes supporters qui ont profité de la confusion pour perpétrer les infractions que la justice qualifiera.
Pour autant, nous n'acceptons pas l'opprobre jeté sur tous les supporters niçois parce qu'elle procède de la désinformation et de la manipulation médiatique.
Nous, Brigade Sud Nice 1985 souhaitons donc revenir sur les incidents qui ont eu lieu lors de la rencontre Monaco – Nice du 30 janvier dernier.
Il est dit, sur les divers médias, que les spectateurs visiteurs, en l’occurrence les Niçois ont envahi la pelouse suite à la mauvaise série que réalise leur équipe, ponctuée par une défaite en Principauté ce soir là. Il est dit encore çà et là, sur les chaînes de télévision, sur les ondes de radio ainsi que dans les journaux, qu’une jeune femme enceinte aurait été blessée tout comme une personne d’un certain âge ayant eu un malaise cardiaque suite aux violences dans la tribune.
Ces accusations ont été prononcées parce qu'aucun travail d’investigation n’a été fait. Le conditionnel comme la dignité n’étaient pas de sortie lors de la rédaction des articles ou des montages vidéo.
Pourtant la profession de journaliste est régie comme d’autres, par un code de déontologie, et comporte des droits et des devoirs et par exemple : « s'interdire le plagiat, la calomnie, la diffamation et les accusations sans fondement, ainsi que de recevoir un quelconque avantage en raison de la publication ou de la suppression d'une information ».

Sans être candides, il nous semblait que les diverses mises au point antérieures avec les journalistes avaient servi un minimum, que les articles allaient être écrits avec une plume moins sensationnaliste… Que nenni !!!
Nous sommes très vite devenus le sujet chaud, le filon vendeur. Certains se sont fait une priorité de relayer des « informations » plus que fallacieuses pour servir leurs intérêts et ainsi masquer les problèmes qu’ils ont créé et qui règnent au sein de leur organisation.
Des personnes occupant des postes à responsabilité, aux paroles surveillées et diffusées, comme Monsieur Frédéric Thiriez (président de la LFP) ou Monsieur Gilbert Stellardo (président de l’OGC Nice), se sont présentées devant les médias pour tourner cet épisode en leur faveur. Une histoire, selon qui la raconte et qui l’écoute, peut avoir bien des formes et des déroulements différents ; et cela, les deux personnes précédemment citées l’ont bien compris et l’ont utilisé à merveille.
Personne n’allait parler de la sortie du président de l’OGC Nice et de son sourire narquois, ni des spectateurs malmenés dans les tribunes, victimes de la piètre organisation policière des forces françaises et de leurs lacunes de communication avec leurs homologues monégasques - qui eux auront été très professionnels.

Alors pour tout ça, nous tenons à informer réellement de ce qui s’est passé en ce samedi 30 janvier 2010. La soirée s’est déroulée comme ceci :

– Les joueurs et les officiels entrent sur le terrain, le speaker monégasque annonce alors qu’une minute de silence va être observée suite au décès de la mère du monégasque Moussa Maazou. Minute de silence respectée « à l’italienne », puisque 60 secondes d’applaudissements allaient raisonner du secteur visiteur.
– Les tribunes s’animent et s’illuminent sans pour autant que les engins pyrotechniques ne soient jetés sur le terrain. Les stadiers et pompiers monégasques récupérant les fumigènes sans problème de main à main d’avec les supporters niçois.
– Le score est ouvert pour Monaco, puis Nice marque à son tour avant de prendre un deuxième but. Nénê l’attaquant monégasque va aggraver l’écart en inscrivant un dernier but pour son équipe avant de le célébrer de manière peu intelligente.
En effet, une fois le cuir au fond des filets, Nénê enjambe les panneaux publicitaires bordant le terrain, et se précipite vers le virage des visiteurs afin de chambrer l’adversaire comme il est de bon ton dans un derby. Le jeu du chambreur-chambré paraît assez gentillet, lorsqu’un autre monégasque vient à son tour montrer sa joie puis sa bêtise en provoquant les spectateurs niçois. Nénê, ne voulant pas être le moins benêt de ce binôme, va surenchérir et faire quelques gestes regrettables.
Certains dans la tribune se sentant insultés vont accéder aux abords du terrain ; le premier cordon de stadiers niçois, aidés par leurs collègues monégasques, va très vite calmer les quelques individus chauffés à blanc. Tous regagnent leur place sans aucune violence ni heurt.
– Le match se poursuit puis se termine. Les acteurs de la rencontre regagnent les vestiaires. Pendant ce temps-là, les supporters niçois patientent calmement durant le quart d’heure de retenue en tribune imposé pour des raisons de sécurité. Le président Stellardo passera avec un joli sourire incompréhensible pour ne pas dire boutefeu.
– Les portails du secteur H s’ouvrent et les premiers supporters de cette partie de tribune commencent à sortir. C’est alors qu’en Secteur G, (un train étant annoncé à 21 h 13) les supporters s'agglutinent devant la grille close et suite à une poussée malheureuse due à des gens compressés, l’un des portails cède.
Là, les personnes devant le portail ouvert voient un policier de la Compagnie Républicaine de Sécurité saisir sa bombe de gaz lacrymogène et inonder le couloir et les visages des malheureux inopportunément présents.

Suite à ce gazage de masse, un mouvement de foule important pousse tout le secteur G à fuir cette nuée irrespirable. Les agents de police de la Principauté en poste sur le terrain ouvrent alors heureusement les grilles du stade, permettant aux personnes de la tribune d’entrer sur la piste d’athlétisme et la pelouse pour respirer un air moins toxique.
Une jeune femme enceinte est accompagnée tant bien que mal comme ce pouvait être le cas en pleine bousculade, et tombe en larmes auprès des médecins et pompiers.
L’apogée de cet excès de zèle policier ou de cette incompétence (si l’on excepte l’intention de l’agent de Police de nuire physiquement à autant de monde et sans distinction) sera le malaise cardiaque d’un homme âgé, bien mal en point même après les premiers soins prodigués par des supporters présents à côté de lui.

Un semblant de calme revient une fois que la plupart de la tribune se trouve à l’abri du gaz lacrymogène. Malheureusement, certains prétendent alors traverser le terrain pour aller chercher les quelques supporters monégasques encore présents. L'intervention de la Sûreté Publique monégasque les renvoie d'où ils viennent.

De manière injustifiable, ils s'en prennent alors à des panneaux publicitaires et divers matériels présents, les stadiers niçois intervenant pour mettre fin à ces dégradations stupides.

Les uns et les autres pourront enfin quitter le stade par toutes les grilles, cette fois, ouvertes des populaires G et H.

Quelques autres jeunes écervelés que nous n'estimons pas être des nôtres allaient sporadiquement jouer les casseurs en dégradant quelques biens dans Monaco et pendant le trajet en train.

Là encore, ils assumeront leur bêtise.

Il convient de rappeler que le déplacement à Monaco n'est marqué par aucune animosité et se veut festif.

Un usage irresponsable de la force a donné prétexte à une minorité pour « casser ». Elle ne saurait pour autant éluder la question de la formation des policiers et justifier de clouer au pilori l'ensemble des supporters niçois.

Maintenant que la lumière a été faite sur les divers événements de cette soirée, un combat commence. En effet, étant accusés, insultés, pour des faits dont nous ne sommes pas responsables et que nous condamnons une nouvelle fois, nous veillerons à que l'affaire soit réglée avec justice.

Il semble d'ailleurs échapper à certains que nous n’avons rien à gagner contrairement à d’autres avec ce qu’il s'est passé !

Brigade Sud Nice 1985

Posté par LIBERA NISSA à 21:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

18 décembre 2009

L.R.L.N: Communiqué sur le débat de l'identité nationale française

Communiqué de la LRLN sur le débat de l'identité nationale

15361632_p  « Il était fatal que le problème d’identité de la France se pose un jour, car les fictions même érigées en dogmes d’État, ne peuvent forcer la réalité. Les vrais Niçois n’ont jamais eu de problèmes d’identité. Ils savent qui ils sont, d’où ils viennent, ce qu’ils veulent et ne veulent pas.
Bien que Français administrativement, ils savent que malgré cette nationalité imposée à leurs ancêtres par la force et la fraude, ils sont Niçois d’abord, et dans leur esprit le Var est toujours une frontière; cette frontière morale résulte principalement du mépris et des injustices de tous ordres qu’ils subissent depuis l’annexion.

Depuis près de dix ans la L.R.L.N. fait inlassablement la promotion de notre histoire, souvent occultée, ou falsifiée, depuis 1860 et elle consolide ainsi l’identité niçoise. Nous comptons plus de huit mille adhérents et sympathisants et ceci s’avère très utile aujourd’hui. La France qui traîne derrière elle un passé lourd de guerres, d’invasions, de trahisons, de sang et de colonialisme, voit sa fragile identité théorique s’effondrer par pans entiers et de plus en plus rapidement; qu’en restera-t-il dans dix ans? Les Niçois, qui n’ont jamais abandonné leur identité historique, la défendront davantage encore. Des catastrophes s’annoncent, nul ne peut l’ignorer, et Nice pourra être un bastion de résistance. Nous appelons donc nos nombreux amis à se rassembler et à créer des réseaux d’influence autour d’eux; dans un proche avenir, la réunion de ces forces vives revêtira une importance capitale.

Les Français qui vivent à Nice et naguère méprisaient les Niçois, réaliseront bientôt, que l’identité niçoise sera pour eux de beaucoup préférable à la nouvelle non-identité française qui s’annonce et dans laquelle ils ne se reconnaîtront plus. L’heure n’est plus à la division; il convient de rechercher les points communs, qui nécessairement existent entre gens de bon sens vivant côté à côté. Les Niçois ne sont pas une secte, ils n’ont jamais été repliés sur eux-mêmes, et s’ils défendent leur identité bec et ongle, c’est parce qu’elle a toujours été attaquée injustement et même niée. Les Français sont à la veille de perdre leur identité, et ils vont mieux comprendre notre détermination à conserver la nôtre.

L’extrême gravité de la situation nécessite impérativement l’union de tous les habitants de Nice, autour de valeurs anciennes, saines et solides: les nôtres se sont renforcées durant vingt-cinq siècles; revivifiées et expurgées des scories imposées par la décadence française, elles seront un rempart qui résistera à la déliquescence que nous voyons s’aggraver tous les jours. Si vous êtes conscient de cela, rejoignez-nous ».


Posté par LIBERA NISSA à 23:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

19 novembre 2009

La marche inéluctable du folklore Niçois vers les droits du peuple Nissart!

carte_republica Notre identité est appréciée et défendue par la très grande majorité des Niçois. Pour beaucoup, la sensation de ne pas entrer dans le stéréotype du français moyen, est une source de jubilation. Il n'y a qu'à voir notre défiance vis à vis des habitants de l'arrondissement de Grasse (qui est réciproque) et la très provençale région PACA . Cette identité, aussi appelée "particularisme niçois" a toujours été le ciment social, qui nous apporte, à juste titre, le sentiment d'appartenir à une communauté à part et bien définie. Peu importe qu'on soit "de souche", patron, ouvrier ou chômeur... On est Niçois! Il n'y a qu'à voir avec quelle ferveur, les soirs de match, toutes les tribunes du Ray se lèvent comme un seul homme pour saluer l'Hymne du Pays de Nice: Nissa la bella.
Combien de Niçois,au moment de s'émanciper de la tutelle parentale, ont-ils cherché leur premier logement dans le Pays Niçois sans imaginer un seul instant aller vivre sur l'autre rive du Var?
Combien ont-ils quitté Nice pour des raisons professionnelles et vite compris que leur avenir ne pouvait se dissocier du Pays Niçois?
Combien ont-ils eu l'impression (pas forcement dérangeante) de ne pas être français à part entière?
La réponse est assurément un très grand nombre...

Suite à la demande grandissante des Niçois à vivre dans leur culture, la langue qui fut interdite par la France jacobine reprend ses droits et permet à bon nombre de nos jeunes compatriotes d'apprendre le langage de leurs ancêtres. Mais que l'on ne s'y trompe pas, si les piliers du "système autoritaire centralisé" nous autorisent à reparler la langue de nos anciens, ou installer quelques panneaux en "Nissart", c'est seulement parce qu'ils s'imaginent que cela ne comporte plus aucun danger pour ledit système. Pour eux, la structure est en place et rien ne pourra contrarier cet état de fait... Mais ils n'avaient pas songé qu'en soufflant sur les braises, le feu reprendrait. "Les gens d'ici" qui auparavant feignaient de ne pas entendre certains "gens de là-bas" cracher leur venin sur les Niçois relèvent la tête et ne craignent plus de dire certaines vérités trop longtemps contenues. Prenant conscience de la richesse de leur patrimoine culturel et historique, qui sont indissociables, le peuple Niçois s'émancipe de plus en plus de la tutelle intellectuelle française. Ce peuple à qui on avait presque réussi à faire croire qu'il avait définitivement disparu, se rend compte en fait, qu'il n'a jamais autant existé. Beaucoup de jeunes issus de familles "d'adoption" se revendiquent "Nissart" alors que cela était impensable il y a seulement une vingtaine d'années...Les révélations faites par la L.R.L.N (Site: LES CAHIERS DE L'ANNEXION) concernant les conditions de l'annexion du pays de Nice par la France ainsi que nos droits inaliénables ne feront dans l'avenir, que cimenter un peu plus le peuple Niçois actuel.
frontiereCela est inéluctable ! Même les plus septiques se souviennent qu'ils n'auraient jamais imaginé la carte de l'Europe actuelle avec tous ces nouveaux pays avant 1989. Certains indices nous révèlent que cette nouvelle donne inquiète nos gouvernants. "le Var ne doit plus être une frontière", redécoupage des cantons pour 2012, "marier Nice avec marseille", changement du nom de la région PACA afin de trouver une dénomination commune aux Niçois et Provençaux, sans parler des festivités prévues pour 2010 qui feront penser à "la marche des orangistes" en Irlande du nord! Ils savent bien que le folklore ne suffit plus aux Niçois! A un moment que tous savent proche, les Niçois réclameront leur droit légitime à choisir leur destin.

 

Posté par LIBERA NISSA à 06:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

08 octobre 2009

LE VRAI DRAPEAU NICOIS

drapeau nissart classiqueLe « drapeau niçois » guignolesque qui flotte sur tous les bâtiments officiels à Nice, évoque pour les Niçois plus une poule mouillée sortie d'une essoreuse et coiffée d'une énorme couronne carnavalesque, que le fier blason de Nice.
C'est pour cela que la Ligue Niçoise (L.R.L.N) édite depuis 2009 ce drapeau Niçois plus en accord avec ce que l'on peut attendre de la représentation du premier symbole de la ville de Nice.

drapeau nicois série limité« Tout les niçois doivent pouvoir disposer du drapeau de leur pays. Ce drapeau populaire et conforme à nos traditions et au prix très abordable de 25 €. » Taille : 142cm X 98cm (avec ourlet pour insérer sur hampe).

<<< Il existe aussi un modèle en série limitée.

LRLN_porte_noire

 

Disponible pour 25 (par chèque ou espèce) au 1 rue Caïs de Pierlas le mardi, mercredi et vendredi de 16h à 20h. (plan ).

 

Pour l'option expédition précisez le modèle (classique ou série limitée) et envoyez un chèque à l'ordre de la LRLN au 1 rue Caïs de Pierlas 06300 Nice.

25€ - Envoi par lettre simple (nous déclinons toute responsabilité en cas de problème lié à la poste).

30€ (dont 5€ de frais d'envoi) - Envoi recommandé par Colissimo.

 

 

 

Posté par LIBERA NISSA à 06:27 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


15 septembre 2009

Acharnement judiciaire systématique contre les supporters Niçois !

56624217Etant donné l'acharnement systématique et la répression dont sont victimes les supporters Niçois ( acharnement condamné même par les "ennemis héréditaires" Stéphanois, voir ci-contre), nous avons décidé de rompre le silence concernant la Brigade Sud Nice.

Jugé en comparution immédiate après un jet de projectile sur le trajet menant au stade, un jeune Niçois de 24 ans a été condamné à six mois de prison ferme en plus de trois ans d’interdiction de stade. Une peine très lourde pour ce genre de faits divers.

Le supporter Niçois avait jeté, depuis l’une des vitres cassées du bus qui les menait à Geoffroy Guichard, un projectile fait d’un conglomérat de scotch et de verre pilé qui traversait le pare-brise arrière d’une voiture avant de frapper la nuque d’un jeune homme, blessé par ailleurs d’éclats à divers endroits du corps.

Un autre Niçois a été condamné à dix-huit mois d’interdiction de stade pour avoir allumé un fumigène !
Un stéphanois avait également été jugé pour jet de pierre en état d’ébriété sur une voiture de police mais il a été condamné à six mois avec sursis sans amende.

ultra_liberiLa justice française poursuit sa ferme politique de répression à l’encontre des supporters Niçois, mais sans excuser aucun de ces actes idiots (le fumigène mis à part), il semble qu’il soit mieux toléré de s’imbiber d’alcool et de s’attaquer aux forces de l’ordre que d’être Niçois et de s’en prendre à un véhicule commun.

COMMUNIQUE OFFICIEL DE LA BRIGADE SUD

Pétition contre les festivités concernant les 150 ans de mensonges (annexion scélérate)

petition

Posté par LIBERA NISSA à 18:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

24 juillet 2009

Pétition contre les festivités des 150 ans de falsification historique à Nice !

petition  Afin de protester contre l'éternelle falsification historique concernant l'annexion du Pays Niçois il y a 150 ans, pour celles et ceux qui rejettent la politique du fait accompli, du mensonge et de la provocation orchestrée par le maire de Nice Christian Estrosi , qui à longueur de coûteux papier glacé, nous ressert la vieille soupe périmée cuisinée par la IIIeme république:
L'adhésion unanime du peuple Niçois à l'annexion par la France !
Nous vous invitons à signer cette PETITION, qui plus qu'une doléance, est le refus de voir fêter, une forfaiture démontrée qui provoqua l'annexion forcée du peuple Niçois !

Posté par LIBERA NISSA à 17:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

04 juillet 2009

Vardon vs Mauro: Quand Alzheimer devient schizophrénie!

Quand la manipulation et l'incohérence atteignent leur paroxysme !

Sans_titreDepuis quelques temps, nous pouvions observer par l'intermédiaire de liens Internet des jeunesses identitaires aussi appelés "Nissa rebela", toujours en quête de respectabilité, une démarche qui consistait à courtiser l'association para-municipale de "Sian d'aqui"!
Nous  pouvions lire des choses du genre "nous approuvons le fait de mettre des panneaux en Niçois", "Nous approuvons tout ce qui peut promouvoir l'identité Niçoise" etc.. etc..
Et maintenant ! Oh surprise ! Voila que Philippe Vardon, semblant en proie à une énième crise de mégalomanie, se lance dans la publication d'une lettre ouverte au président de Sian d'aqui, Fabrice Mauro.
En gros, Nissa rebela promouvrait et défendrait l'identité Niçoise et serait ,à tort, accusé d'avoir une idéologie néo-nazie ! Philippe Vardon semble être frappé d'amnésie foudroyante oubliant le mouvement dont il est le porte parole...
Oublié que les Identitaires sont nés lors de la réunion à Salon-de-Provence les 29 et 30 août 2002 d’une quinzaine de militants ex-Unité Radicale (UR), ex- MNR et Front National (qui sont comme on le sait des mouvements grands défenseurs du droit des peuples à disposer d'eux mêmes... !). Parmi ces 15 figurent  Fabrice Robert , condamné à Nice et à Aix pour négationnisme, Philippe Vardon, condamné plus tard pour diverses actions musclées, Guillaume Luyt mais aussi André-Yves Beck , les Roudier père et fils ainsi que des militants extérieurs de passage comme d’anciens « gudards » (très connus pour leur nissartitude !). Sort de cette réunion le projet des Jeunesses Identitaires (JI) confié à Philippe Vardon et officiellement lancée le 19 septembre 2002 ainsi qu’une association n’ayant pas vocation organisationnelle : « les Identitaires », décliné en « Bloc identitaire » et diverses « sous-marques » afin de brouiller les cartes . L’accent est alors mis sur l’absence de participation de Robert et Luyt aux « JI » pour éviter une procédure pour reconstitution de ligue dissoute, menace latente suite à la dissolution d’Unité Radicale, après que l’un de ses membres ou sympathisant ait tiré sur Chirac.
Oubliée la séance de dédicaces d'anciens de la Waffen-SS (ceux dont les amis politiques firent supplicier et pendre les résistants Niçois, Max Barel, Torrin et Grassi , les jeunes du lycée masséna et tant d'autres...), la stigmatisation systématique des gens de couleur, les discours prenant racines à Nuremberg et sûrement pas à Coaraze!

Oubliés les soupçons de tentative de récupération de l'image de la Brigade Sud avec apparitions de croix celtiques et de drapeaux confédérés, qui comme nous le savons tous, sont des symboles de l'identité Niçoise reconnus dans le monde entier!

Oublié le 14 octobre 2007, la réunion de Nissa rebela en présence de Mario Borghezio ( député européen de la Ligue du Nord ),et de Fabrice Robert (président du Bloc Identitaire).
Mais le plus hallucinant reste à venir: La conclusion de la fameuse lettre ouverte à Fabrice Mauro.
"Dans quelques mois Christian Estrosi (celui que tu insultais naguère et voudrais séduire aujourd’hui ?) entend fêter les 150 ans du « rattachement » à la France, il sera alors toujours temps de voir qui sera présent pour dénoncer cette escroquerie historique et rappeler ce que furent les événements de 1860".

Là ! On tombe sur le cul  !

Nous allons donc rappeler à Philippe Vardon la devise de son propre mouvement:
"Niçois (lien charnel), Français (lien historique), Européen (lien civilisationnel)" le toutGaribaldi_voil_ plus blanc que blanc!
soupe_au_porcLes Niçois seraient donc Français pour des raisons historiques?
ENORME!!!
<< Les identitaires alliés de la ligue du nord (violemment anti-garibaldiens et qui traînent notre héros dans la boue), qui mirent un voile noir sur la statue de Jousé Garibaldi (à droite), seraient présents pour dénoncer l'annexion frauduleuse de 1860 ?
En se basant sur quoi? La protestation officielle de Jousé Garibaldi?
Les preuves irréfutables déclinées dans les ouvrages écrits par le président Garibaldien de la Ligue Niçoise: Alain Roullier-Laurens ?
Leurs alliés identitaires français du "pays d'Aix", de Normandie, d'Alsace, seraient-ils présents?
Alzheimer devient schizophrénie!!
La Ligue Niçoise et la Ligue Savoisienne n'ont pas attendu Philippe Vardon pour dénoncer l'annexion du Pays Niçois et de la Savoie, par le pays dont les identitaires  se sentent  « identitairement rattaché historiquement » ! Il faut comprendre que celles et ceux qui se promènent avec des sacs "Louis Vitton" achetés au marché de Vintimille sont autant crédibles que Vardon en dénonciateur de la forfaiture de 1860 ! C'est de la contrefaçon de très mauvaise facture !
Sur ce coup là, la seule erreur faite par Fabrice Mauro, serait d'avoir dit à Philippe Vardon qu'entre niçois on se tutoyait, et de lui avoir dit "tu"(c'est du moins ce que prétend Vardon, mais bon...Il prétend tellement de choses...) !


Posté par LIBERA NISSA à 16:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

01 juillet 2009

Amalgames L.R.L.N et IDENTITAIRES : AHURA BASTA !

Des esprits malveillants pensent opportun de faire des amalgames entre la Ligue niçoise (L.R.L.N) et le groupuscule d'extrême droite du "bloc identitaire", "jeunesses identitaires" ou "nissa rebela ".

Voici huit principes fondamentaux qui séparent ces deux mouvements pour ceux qui en douteraient encore...

lrln_vs_identitaires

Posté par LIBERA NISSA à 11:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

29 juin 2009

Estrosi ministre: Retour à la case départ et "doigt d'honneur" aux Niçois !

ESTROSI_ET_LE_DOIGTAprès un peu plus d'un an de mandature de Christian Estrosi, et quelques simulacres de démocratie le constat est affligeant!
Il a berné les Niçois, dumoins les 25% d'électeurs inscrits qui ont voté pour lui au deuxième tour des municipales de 2008.
Christian Estrosi avait pour slogan "Je dis ce que je fais, je fait ce que je dis"...Il a omis de préciser la durée de validité de cette devise.Comme le disait un indéboulonnable homme politique de "Ma-reu-sseuai-illeu": Les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent !
Hormis le fait qu'il ait troqué son mandat de président du conseil général du 06 contre celui de maire de Nice, nous pouvons constater que sa situation au niveau des mandats électoraux est identique à celle d'avant les élections municipales de 2008 avec en prime Eric Ciotti élu président du CG 06 suite à une cession de rattrapage six mois après sa déroute dans la première circonscription, et la ville de Nice dirigée par Benoît Kandel, premier adjoint et ex colonel de gendarmerie alsacien débarqué dans notre région depuis moins de 5 ans !
Ceux qui ont voté pour Christian Estrosi aux élections municipales l'auraient ils fait s'ils s'étaient imaginés la situation de Nice 15 mois plus tard?
On peut sérieusement en douter !
En tout cas celà ressemble vraiment à un "doigt d'honneur" fait à l'adresse de tous les Niçois !
Il faudra bien un jour en rendre compte...

Posté par LIBERA NISSA à 20:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,